La Boutique des Idées fertiles

Je crois pas en avoir encore parlé sur ce blog. Alors je me lance. Je vous présente à l’occasion de la prochaine Semaine de Sensibilisation  à l’Infertilité organisée par BAMP! du 25 au 30 avril 2016 la Boutique des Idées fertiles. 

Pour ce faire, j’aimerai vous transmettre le petit topo que j’avais rédigé à l’attention de mon amie Miliette (paix à son blog, d’ailleurs, c’est bien triste… si vous voulez que Miliette revienne, tapez 1) lors de l’assemblée générale de BAMP! et dont je n’ai jamais su si elle l’avait lu ou pas. Je balance, c’est mon blog. 

 

Qu’est-ce que la Boutique ?

La Boutique des Idées Fertiles est une création originale d’une adhérente BAMP !, que nous ne citerons pas par souci d’anonymat et de discrétion, mais dont tout le monde connaît en réalité l’identité.

Bref, c’est une idée qui vient d’une adhérente, et donc d’une initiative individuelle, mais qui s’est transformé en projet collectif. Et c’est ça qui est beau.

En effet, peu après sa création,  plusieurs personnes  se sont portées volontaires pour gérer la Boutique. Aujourd’hui, celle-ci est gérée par pas moins de 5 personnes, chacune affectée à une ou plusieurs tâches (mise en ligne des créations, lien créatrice/acheteur, mise à jour d’un tableau des ventes, etc.).Les personnes qui acceptent de prêter main forte le font lorsqu’elles ont un peu de temps, et le principe est simple : tu peux t’occuper de la gestion un mois, et dès que tu as d’autres impératifs, tu peux arrêter. Le seul inconvénient est que tu arrêteras de profiter de mes blagues, ce qui est bien dommage entre nous, mais bon, il paraît qu’on y survit.

Par la Boutique, des personnes infertiles, patientes et ex-patientes de la PMA se sont associées « pour que la fertilité de leurs talents serve la cause de l’infertilité. ».

Autrement dit : des créatrices nous proposent de donner une création. Le don est large : don des matières premières, don de sa création, mais aussi don des frais de port nécessaires pour faire parvenir la création.

Pour cette raison, nous incitons les créatrices à privilégier des objets légers ou peu encombrants.

Afin de ne point trop les léser, il a été décidé d’offrir un objet de son choix à chaque créatrice cumulant 10 ventes au moins pour le compte de la Boutique.
Par la suite, l’argent collecté sur le compte A Little Market de la Boutique est  reversé à l’association collectif BAMP.

 

Quel est son succès ? 

La Boutique a été créée en décembre 2014.

Cela va par conséquent faire plus d’un qu’elle existe.

Elle a permis de verser à BAMP la somme de 755,15 € à ce jour.

Les créations

Malheureusement, la Boutique ne tourne que grâce à une poignée de créatrices. Bref, ce sont toujours les mêmes qui « donnent », et je trouve ça dommage, à titre très personnel. T’as qu’à créer, Mari, hein. Oui mais non, je suis vraiment très nulle moi.

Donc, si des personnes douées me lisent, n’hésitez pas à nous contacter par mail et nous faire part de vos propositions : laboutiquedesideesfertiles@gmail.com ou ilssemarierentet@gmail.com ou contactez Miliette qui adore recevoir des mails.

A défaut de proposer vos créations, vous pouvez aussi en acheter. Si, si. C’est facile en plus et on accepte les CB. Pour de vrai. Suffit de cliquer ici.

 

 

 

 

Je suis Gertrude

Une copinaute parlait des Gertrude, la dernière fois. Mais qu’est-ce qu’une Gertrude ?

Gertrude, c’est la nièce de la fille de la voisine qui tombe enceinte pof comme ça après un long et douloureux parcours pour tenter de se reproduire, le plus souvent après être partie en vacances, ou après avoir laissé tomber la PMA et s’être consacrée si possible à un parcours d’adoption, ou encore et plus simplement « parce qu’elle n’y pensait plus ».

Les Gertrude (on décide que c’est un nom invariable, ok ?), elles ont beaucoup de chance. Et la plupart du temps, elles le savent. Le vrai problème, c’est pas les Gertrude. Le vrai problème, c’est les gens. Les gens qui ne sont pas suffisamment informés et qui véhiculent un mauvais message. Du genre :

« Mon amie, elle n’y a plus pensé, et elle est tombée enceinte comme ça d’un coup ».

Le vrai problème c’est le manque d’information, c’est l’ignorance.

Parce que croyez-moi, les Gertrude, elles font tout ce qu’elles peuvent pour ne pas entretenir le mythe. Je sais de quoi je parle, je suis Gertrude. Certains sont Charlie (nettement plus classe quand même), moi, je suis Gertrude.

Et dès que notre miracle est arrivé, j’ai communiqué. C’était facile, les gens connaissaient nos difficultés. La plupart du temps. J’étais bien obligée de dire que Petit bout est arrivé naturellement, mais pas parce que je n’y pensais plus (j’y pensais H24, et on était en train de recommencer tous les examens). Bon, il s’avère que j’ai démissionné et que je me suis mise à mon compte, alors certains restent persuadés que ça a pu jouer. Mais je me bats pour dire, non, ce n’est pas dans la tête, nous avions un vrai problème « technique » (anovulation, une trompe bouchée, des spermos pas top en forme puisque IMSI préconisée, problème d’accroche malgré 8 embryons très jolis transférés). Que la médecine ne connaît pas tout et que notre souci reste encore un peu mystérieux (même si techniquement, le retour de mes cycles irréguliers peuvent nous faire penser que tout est possible désormais).

Malgré ça, j’apprends qu’un ami a pris notre exemple pour redonner espoir à son frère. Malgré ça, notre « cas » est utilisé pour dire : « Tu vois, faut plus trop y penser, partir en vacances, changer de métier ».

Alors oui, je suis Gertrude. Et mon cas, comme celui de toutes les Gertrude, agace la PMette que j’étais, celle que je suis encore d’ailleurs, au fond de moi. Mais le problème, en réalité, ce n’est pas les Gertrude. La plaie, la vraie, c’est la désinformation, l’ignorance et les gens.

Pour changer ça, inutile de s’en prendre à Gertrude, elle n’y est pour rien (même si elle est franchement agaçante, on est d’accord). Pour changer ça, votre Gertrude continue à militer, à faire ce qu’elle peut pour la Boutique des Idées fertiles et pour BAMP!, qui ont le mérite de véhiculer un message, le bon : un couple sur 6 est touché par l’infertilité, un couple sur deux ressort du parcours sans enfant.